Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

LES CARNETS DE ROMY : DESTINATION MONGOLIE-INTÉRIEURE

Publié le 2 décembre 2021

Voyage à présent avec Romina Tchiang Sang, une femme de Polynésie qui a le voyage pour passion et la planète pour terrain de jeu. Une exploratrice des temps modernes qui n’oublie pas pour autant ses racines : le fenua. Avec « Les carnets de Romy », Femmes de Polynésie lui dédie un espace d’expression où l’évasion sera de mise. Ce mois-ci Romy nous emmène à la découverte de la Mongolie-Intérieure. Bon voyage à tous ! 

“J’ai la bougeotte, ce n’est pas de ma faute, je suis un petit globe trotteur qui aime la vie !”

Ce mois-ci, je vais vous raconter les moments forts de mon voyage dans la province chinoise de Gansu, une province limitrophe de la Mongolie-Intérieure. Un séjour empli de situations incroyables et déroutantes…

Il y a quatre ans, après avoir séjourné au Tibet et découvert une partie de la province chinoise de Qinghai pendant six semaines, je me suis rendue en Mongolie-Intérieure avec un ami, en passant par Gansu.

A Dunhuang, aussi surnommée la belle oasis du désert, il y a une multitude de sites à visiter. C’est une ville qui possède énormément d’attraits historiques du fait d’avoir été, à une époque, un véritable carrefour sur la Route de la Soie. Une destination à ne pas manquer ! Le Lac du Croissant de Lune et ses dunes de sable chantant est un des plus beaux sites. C’est assez irréel  de se retrouver perdue au milieu d’un océan de dunes de sables ! Ce désert immense de 800 km² s’étend à perte de vue. Le lac en forme de lune ne tarit jamais et un sublime temple se trouve sur sa rive. Un des panneaux explique que ce lieu se trouvait naguère sous l’eau.

Dans ce désert, il est possible d’admirer des sculptures de sable et de faire de la luge, de l’ULM, du quad, du parapente, des balades à dos de chameaux, etc. Petite anecdote qui me fait encore sourire, en fin de journée, j’avais remarqué que deux chameaux étaient perdus et je les ai raccompagnés à leur propriétaire, deux dunes plus loin !

Mon autre coup de cœur : les grottes de Mogao et celles des mille Bouddhas de l’Ouest. Les premières sont d’une grande beauté. D’ailleurs, ce site appartient au patrimoine mondial classé par l’UNESCO. Elles possèdent 45 000 m² de fresques, près de 2 500 sculptures peintes, 4 000 représentations d’apsara et bien d’autres trésors. Les appareils photos sont interdits mais la découverte d’une infime partie de l’histoire partagée entre la Chine, la Mongolie, le Tibet et la région autonome de Xinjiang Ouïghour est extraordinaire. Je vous recommande vivement de vous y rendre pour admirer également ces trésors laissés par les différentes dynasties datant du 6ème au 11ème siècle. Les manuscrits, objets, peintures murales, sculptures et statues sont pour la majorité très bien conservés mais il faut savoir que sur presque cinq-cents grottes, seule une trentaine est ouverte aux visiteurs.

En quittant les grottes, nous rencontrons à nouveau des chameaux, très nombreux et en liberté près d’une réserve d’eau. Un environnement désertique magnifique qui donne l’impression d’être sur une autre planète !

Le parc national de Yadan est un grand site géologique formé d’un immense désert de sable et de roche. Les aspérités des paysages sont créées par l’érosion éolienne.

Lors de cette même journée, nous découvrons aussi : la cité fantôme, la passe de Yumen (où un château est reconstitué) et les ruines d’une ancienne portion de la Grande Muraille datant de la dynastie Han. Un site incontournable, archéologique et historique situé au cœur d’une réserve protégée.

Lors d’une de nos dernières soirées à Dunhuang, j’ai le plaisir d’assister à une représentation de danse Ouïghoure ! Cette danse se distingue par son extrême beauté et la finesse de ses gestes, une posture singulière et une forte cohésion avec la musique et le chant.  Un moment inédit et extrêmement touchant.

Pêle-mêle, au cœur de cette cité, je me rappelle mon émerveillement,  les succulents plats asiatiques mais aussi le froid extrême (-3°C) et les rues calmes bien illuminées.

Gansu est immense et hors du commun, avec des paysages à couper le souffle. J’ai encore tellement de souvenirs à partager que je vous raconterai très bientôt la suite de ce séjour intense. Lorsque je vivais en Chine, j’ai réalisé qu’une vie entière ne suffirait pas pour connaitre ce pays.

A suivre…

Romina Tchiang Sang

Rédactrice web

© Photos : Romina Tchiang Sang pour Femmes de Polynésie

À découvrir également :

Partagez Maintenant !

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.