Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Pour Taina, protéger l'eau c'est la vie

Pour Taina, "expliquer l'eau, c'est la protéger"

Publié le 31 mai 2017

Français
Tahitien
Français
Petit bout de femme à l’énergie débordante et au sourire expressif, Taina Chin Hen Vai est responsable de la clientèle pour la Polynésienne des Eaux à Bora-Bora. Cela fait 7 ans qu’elle travaille à la Polynésienne des Eaux et pas un jour ne se ressemble. Ce qu’elle aime, c’est la proximité et les relations qu’elle entretient avec les familles. En cas de crise, elle est la première à gérer les mécontentements. Pour elle, il faut garder sa bonne humeur et parler parce qu’aussi expliquer l’eau, c’est la protéger.
« Une fois, j’ai eu le cas d’une mamie qui était propriétaire d’un terrain… » Taina se plonge dans ses souvenirs avec ses yeux pétillants. Cette mama tahitienne ainsi que ses voisins pompaient l’eau de la nappe d’un terrain commun depuis des années. En 2012, cette une pratique est devenue illégale par décision du Tribunal, « tous les propriétaires ont accepté de payer sauf… cette vieille dame ». Plusieurs fois, Taina est venue lui parler, plusieurs fois la mama l’a évitée ou a refusé de lui parler. La jeune femme a dû couper l’eau et la dame est arrivée à l’agence très en colère… « Nous avons discuté plusieurs heures. Aujourd’hui, cette mama, c’est la première à défendre nos services ! » Taina arbore son grand sourire. « Petit à petit, les abonnés s’habituent et s’intéressent aux services de l’eau ».
Le téléphone sonne. C’est une femme, Taina reconnaît immédiatement sa cliente. Cette famille n’a pas payé sa facture depuis six mois et Taina sait qu’ils ont des difficultés financières. Elle a accordé plusieurs délais mais à chaque fois, la famille n’est pas présente à la relève de leur compteur. Avec sa voix douce et ferme, elle explique pourquoi la famille doit être présente aux relèves, ils éviteront la coupure. Elle raccroche un peu inquiète. « Ça fait plusieurs fois, je sais que ce n’est pas facile pour elle car son mari évite toujours la discussion. Je comprends mais il faut aussi qu’ils comprennent le point de vue de l’entreprise ».
Pour Taina, la sensibilisation prend du temps, il faut laisser aux familles la possibilité de comprendre ce qu’est un service d’eau potable. « C’est une chance d’avoir l’eau potable au robinet… Cela a un prix. Pour avoir de l’eau potable, il y a beaucoup d’étapes de production, un service continu… Pour les gens, c’est un changement de mentalité, découvrir un monde qu’ils ignorent et qu’ils ne voient pas ». Convaincue que sans eau et sans service de l’eau, on ne peut pas vivre, elle croit en la communication et l’échange.
« Quand on travaille dans le secteur de l’eau, on est forcément inquiets… Il a y a de vraies contraintes sur notre métier et pendant ce temps-là, beaucoup gaspillent. Expliquer le service de l’eau, c’est la protéger ». Avec son visage joyeux, Taina est convaincue d’aider à mieux gérer l’eau. Ses contacts avec les familles, son métier : « c’est un moyen d’expliquer, d’inculquer autour d’elle combien l’eau est fondamentale pour que l’on puisse envisager son avenir, pour nous et pour nos enfants ».
Tahitien
E vahine iti na’ina’i ho’i, e mea oraora rā ‘e te mata ‘ata’tata, tō Taina Chin Hen Vai ia huru, nāna e ti’a’au nei i te mau hōani o te taiete « Polynésienne des Eaux » i Porapora. A hitu matahiti teienei te ravera’a i te ‘ohipa i reira, ‘aore e mahana i ti’a e te tahi. O te mea o tāna e e au, te fārereira’a ia i te mau utuafare. ‘Ia tupu noa atu te tahi fifi, o ‘ōna te ta’ata mātāmua e ti’a mai nō te āraira’a i te reira. Nōna, ‘ia vai ‘oa’oa noa ‘e ‘ia tupu noa te ‘āparaura’a e ti’a ai, ‘ia māramarama te ta’ata, i reira te pape e aupuruhia ai.
« I te hō’ē mahana, haere mai nei te tahi māmā fatu fenua… » Tei roto o Taina i te aramoinara’a i te paraura’a mai. ‘Ua pāmu noa teie māmā ‘e te feia i pīha’i atu i te pape i raro i tō rātou fenua a rave rahi matahiti. I te matahiti 2012 ra, ‘ua riro taua ‘ohipa nei ‘ei utu’a i mua i te ture ‘ia au i te fa’aotira’a a te Tiripuna, « ‘ua fa’ari’i te pu’era’a fatu fenua e ‘aufau i tā rātou pape ‘eiaha rā …tō vahine pa’ari nei ». E rave rahi taime, ‘ua haere o Taina e fārerei iāna, ‘ua ‘ape noa ‘oia iāna ‘aita ho’i i hina’aro e paraparau. Tāpū iho ra tō tamahine nei i tāna pape, fāura a’e ra te vahine pa’ari nei i tāna piha ‘ohipa…  « Ma’a hora tō māua ‘āparaura’a. I teienei, o teie māmā te vahine mātāmua e pāturu nei i tā mātou ‘ohipa ! » ‘Ata’ata noa mai o Taina. « E nu’u marū noa rā, ‘ia mātau ‘e ‘ia māramarama te ta’ata te parau nō te pape ».
Tē ta’i nei te niuniu. E vahine, ‘ua ta’a noa ia Taina o tāua vahine noa ā teie. ‘Aita ‘oia i ‘aufau i tāna pape ‘a 6 ‘āva’e i teienei, ‘ua ‘ite o Taina e fifi moni. ‘Ua vaiiho ‘oia i te hō’ē taime nō te ‘aufaura’a, ‘aita rā i tae noa a’e mai ‘ia tae i te mau mahana tāpa’opa’ora’a uati. Nā roto i te marū, fa’aara atu ra ‘oia iāna e mea ti’a iāna ‘ia tae mai ‘ia tae i te mau mahana tāpa’opa’ora’a uati, e ‘ita ia tāna pape e tāpūhia. Horuhoru roa iho i te vaiihora’a i tāna niuniu. « E rave rahi taime, ‘ua ‘ite au e ‘ere i te mea ‘ōhie nōna nō te mea ‘aita te tāne e hina’aro e paraparau. ‘Ua ‘ite au, ‘ia ‘ite ato’a rā rātou te hōpoi’a e amohia nei e te taiete ». Nō Taina, nā te tau e hōro’a mai i te pa’ari, nā te tau e ha’amāramarama ia rātou i ni’a i te parau nō te ‘ōperera’a pape mā. « Te pape mā i te rōpinē, e fāna’o rahi te reira…E ha’amau’ara’a rahi ato’a. Nō te fāna’o i te pape mā, e rave rahi tūha’a, e fa’anahora’a ‘ohipa mutu’ore… Nō te huira’atira, ‘ua taui te ferurira’a, ‘ua ō rātou i roto i te hō’ē fa’anahora’a i mātau-’ore-hia  e i ‘ite-‘ore-hia e rātou ». Nōna, ‘aore e pape ‘e ‘aore e fa’anahora’a nōna, ‘aita e orara’a. Tei roto i te ‘āparaura’a ‘e te ‘aitauira’a mana’o tāna ti’aturira’a.
« ‘Ia rave ‘oe i te ‘ohipa ‘ōperera’a pape, e taupupu iho ā te mana’o… E rave rahi fa’ahepora’a tō ni’a i teie tōro’a tō mātou, ‘e, i te tahi pae, tē ha’amau’a noa ra te ta’ata i te pape. ‘Ia tuātāpapa-ana’e-hia rā tōna parau, i reira te mana’o aupurura’a pape e hiti ai. »  ‘Ua pāpū iāna e tē turu nei ‘oia ‘i te parau nō te ti’a’aura’a i te pape. Nōna, te fārereira’a i te mau utuafare, tōna ia tōro’a : « E rave’a te reira nō te ha’amaramaramara’a, ‘ia ‘ite te naho’a i te faufa’a o te pape, ‘ia fērurihia tōna parau nō ananahi, nō tātou iho ‘e nō tā tātou mau tamari’i. »
Céline Hervé Bazin
Rédactrice web

Jean-Claude Teriierooiterai
Traducteur

Partagez Maintenant !