Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Carrière

Moehana : l’étoile polynésienne du Cirque

Publié le 12 juin 2020

Moehana Vanaa, originaire de Moorea, vient de réussir du premier coup son entrée dans l’École Nationale de Cirque de Montréal, une des meilleures écoles au monde. Femmes de Polynésie vous présente une jeune prodige, ambitieuse et passionnée, qui s’envole à la poursuite de ses rêves.

Rencontre avec le cirque made in Moorea 

Née en 2005 à Aix les Bains, d’un père polynésien et d’une mère métropolitaine, Moe  grandit en Savoie. En 2015, elle s’installe sur l’île sœur, et fait une rencontre qui changera le cours de sa vie.

Avec maman, on a vu qu’il y avait un stage de cirque. J’y suis allée et j’ai accroché. J’ai fait tous les stages, puis j’ai suivi les cours – j’y allais tout le temps.

Pourtant, Moe n’est pas trop sportive. Elle teste plusieurs sports mais sans véritable passion.

Le premier stage c’était un peu une catastrophe, mais j’ai vraiment adoré.

Un an plus tard, elle réalise sa première prestation en public, à l’hôpital du Taaone dans le cadre d’un spectacle de Noël pour les enfants hospitalisés. À ses côtés – Katia Sereno et Sébastien Stella – ses deux coachs, tous deux anciens artistes du Cirque du Soleil. À 13 ans, seule en scène, elle brave son appréhension

Une fois dedans, c’est parti, c’est comme à l’entraînement. Je ne pensais plus à rien. Et quand c’était vraiment fini, j’étais heureuse.

Depuis, Moe enchaîne les prestations avec l’Espace Cirque: spectacles de noël, les comités d’entreprise, les Trophées du Sport…

J’espère qu’il y aura toujours cette adrénaline, parce que c’est ce qui fait un bon spectacle.

De Moorea à Montréal : la confirmation d’une passion

Pour son orientation scolaire, c’est vers le cirque que Moe se tourne tout naturellement. Une seule école se profile, répondant à tous ses critères : l’École Nationale de Cirque de Montréal2.

Quand on a regardé leurs vidéos et leurs acrobaties, je me suis dit que jamais je n’arriverais à faire la même chose.

Elle ne se décourage pas pour autant et s’entraîne dur pour réaliser une vidéo pour son admission au stage : enchaînement chorégraphique aérien et acrobatique, avec souplesse et cardio. Le jury est conquis, et Moe s’envole en juillet 2019 pour deux semaines de stage intensif à Montréal. Elle y découvre des salles immenses, du nouveau matériel et des entraînements en anglais.

À l’issue du stage, je me suis dit que ce serait bien de rester là-bas pour apprendre plein choses.

L’envol vers l’École Nationale de Cirque, du premier coup

En rentrant à Moorea, Moe décide de postuler à l’École Nationale de Cirquepour la prochaine rentrée scolaire. Elle quitte le collège d’Afareaitu et s’inscrit au CNED pour travailler pleinement sur son audition. Ses coachs la préparent en seulement quelques mois, à raison de 12h de cirque par semaine en alternance avec les devoirs, le yoga et les entrainements collectifs.

Il faut avoir la rage et y’aller.

C’est en région parisienne, sous le chapiteau du cirque Phénix, que les deux jours d’audition se déroulent. Moe est stressée et si frigorifiée qu’elle en claque des dents… à la surprise des 47 autres candidats. Au programme : souplesse, acrobatie, cardio, danse et jeu d’acteurs, avec un exercice d’impro en binôme.

J’ai vraiment aimé. C’était différent du stage. Là, c’était soit tu fais ce qu’on te demande, soit tu ne fais pas.

Quelques semaines plus tard, c’est avec une grande surprise qu’elle apprend qu’elle a passé ces sélections.

Je m’étais préparée à ne pas l’avoir du premier coup, parce que c’est vraiment rare, et à le repasser l’année prochaine.

L’étape suivante comporte des tests scolaires et différents entretiens, en français et en anglais. Lors de la dernière visioconférence, le sentiment d’avoir échoué est très fort. Pourtant, fin mars la réponse officielle arrive : Moehana devient la première Polynésienne admise dans cette école, et fait partie des meilleurs espoirs internationaux.

Moehana, la grâce polynésienne dans les airs

Dans les airs, j’ai l’impression d’être libre, de voler (…) Et quand je fais du cirque, j’aime transmettre le sentiment de l’acte. C’est un sport, un art et ça demande du travail.

Moe se laisse guider par son cœur et la volonté de vivre de sa passion, et elle s’en donne les moyens. Sa famille, ses amis, ses coachs, et Moorea avec sa douceur de vivre vont lui manquer. Mais le monde du cirque est aussi une grande famille qui lui permettra de se réaliser.

Le cirque est un sport collectif et de confiance. Quand tu es à plusieurs mètres de haut, il y a quelqu’un qui est là pour te rattraper.

Plus d'informations

1 Page FB : Espace Cirque de Moorea et Tahiti Show Concept pour l’évènementiel (tahitishowconcept.com)

Admission à partir de 12 ans, internant, double cursus scolaire et sportif français- anglais.

https://ecolenationaledecirque.ca/fr

 Mélanie Mezzapesa

 Rédactrice Web

 ©Photos : R. Mezzapesa

Partagez Maintenant !