Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Santé & Sport

Hiriata Rota, ostéopathe jusqu’au bout des doigts

Publié le 12 février 2021

Après avoir obtenu son diplôme d’ostéopathie en 2007, Hiriata ROTA est revenue à Moorea  pour ouvrir son cabinet. Discipline pourtant mal connue à son arrivée, elle a su contribuer à faire connaître l’ostéopathie autour de l’île sœur grâce à la qualité de ses prestations. Première femme ostéopathe diplômée en Polynésie, cette passionnée confie à  Femmes de Polynésie son parcours et quelques facettes de son métier.

La naissance d’une vocation

Née à Papeete il y a 42 ans, Hiriata ROTA grandit et fait toute sa scolarité en Bretagne. Entre sa mère aide-soignante et son père infirmier dans la marine française, elle baigne dans le monde médical. C’est d’ailleurs en observant les séances d’un ami ostéopathe de ses parents que l’idée lui vient de devenir ostéopathe.

 « Mon père était souvent blessé en jouant au basket-ball. Il souffrait par exemple d’un lumbago ou d’une entorse à la cheville qui le « cassaient en deux ». Après avoir consulté son ami ostéopathe, il ressortait sans aucune douleur. J’étais impressionnée ».

Ce sont aussi les récits de son père sur la prise en charge des blessés graves de la guerre du Liban, à laquelle il avait participé en tant qu’infirmier militaire, qui suscitent en elle un fort intérêt pour l’anatomie humaine.

La première femme Polynésienne diplômée en ostéopathie

Une fois son baccalauréat scientifique en poche, elle continue ses études en passant un DEUG de biologie, puis une classe préparatoire pour devenir masseur-kinésithérapeute. Mais cela ne lui convient pas. Elle trouve finalement sa voie en s’inscrivant à l’école d’ostéopathie de Nantes. C’est une véritable révélation.

« J’aime apprendre comment et pourquoi le corps humain fonctionne de cette manière. Pourquoi il y a un blocage dans telle partie du corps. L’ostéopathie voit le corps dans toute sa globalité. C’est pour cette raison que ça me passionne ».

Hiriata poursuit avec succès ses six années d’études. Elle doit toutefois travailler pendant les vacances scolaires en tant qu’ambulancière pour couvrir des frais de scolarité considérables. Après avoir été la première femme Polynésienne à décrocher le diplôme d’ostéopathe au mois de juin 2007, elle ouvre son cabinet à Nantes.

Le cabinet à Moorea : un retour aux sources

Peu de temps après, elle décide de revenir s’installer définitivement au fenua.

« Je sentais que je n’étais pas à ma place là-bas. Il faisait froid en hiver alors qu’ici, on bénéficie du beau temps et de la mer. Je voulais aussi que ma fille grandisse avec mes parents, revenus en Polynésie Française ».

 

Au mois de janvier 2009, elle ouvre son cabinet d’ostéopathie à Maharepa (commune associée de Paopao). L’ostéopathe reçoit notamment en consultation les sportifs avant et après leur compétition, les personnes âgées pour un traitement de confort ou encore les professionnels de divers secteurs (bâtiment, administration,…), pour des maux de dos par exemple.

« L’ostéopathie est le soin du corps dans sa globalité. Une douleur au cou par exemple pourrait être liée à une entorse mal soignée datant de plusieurs années. Dans ce cas, l’entorse de la cheville s’est répercutée sur le genou, sur la hanche, au niveau du dos et jusqu’à atteindre les cervicales.  Je traite ainsi le corps de bas en haut dans son ensemble. Mes mains sont mes seuls outils, j’aime ce rapport ».

Hiriata travaille aussi sur la prise en charge des femmes enceintes et des nourrissons. Cette  heureuse maman de deux filles, Leilani (14 ans) et Kehaulani (9ans), avoue aujourd’hui que l’ostéopathie n’était pas vraiment connue à Moorea alors de l’ouverture de son cabinet. Mais grâce à son réseau familial ainsi qu’au bouche-à-oreille, elle a su se faire une très bonne réputation que ce soit auprès de sa clientèle métropolitaine, polynésienne ou même touristique.  

TR

 Rédacteur Web

 ©Photos : TR pour Femmes de Polynésie

POUR PLUS DE RENSEIGNEMENTS

Partagez Maintenant !

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.