Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Céline, Set styliste polynésienne à Shanghai

Publié le 16 février 2020

Céline vit à Shanghai. Mégalopole cosmopolite, cette ville ne dort jamais. Il y a 5 ans, lorsqu’elle décide de prendre une année sabbatique à mille lieux de la Métropole et de Nantes, où elle suivait des études de design, Céline ne s’imaginait pas que ce séjour serait à ce point initiatique. Un parcours inspirant que Femmes de Polynésie a le plaisir de vous partager.

Shanghai…

Ville de tous les superlatifs, Shanghai est considérée aujourd’hui comme la ville la plus peuplée de Chine, avec plus de 27 millions d’habitants. C’est également une des métropoles les plus puissantes au monde, au même titre que Singapour ou Sydney, et occupe une place majeure dans l’économie internationale. Loin des clichés d’une ville en prise avec ses traditions, c’est une mégalopole cosmopolite qui grouille de vie 24h / 24.

“Rien n’est comparable à Shanghai ! C’est une ville super créative et pleine d’opportunités professionnelles ouvrant à de nombreux horizons!”

Céline Yau a 26 ans et compte à ce jour 5 ans de résidence en Chine. Le choix de poursuivre ses études en graphisme s’est naturellement posé à elle, suite aux nombreux voyages “découverte” qu’elle y effectue plus jeune. Après une école de design à Nantes, elle opte pour une année sabbatique à Shanghai. L’année n’aura de sabbatique que le nom, puisqu’une fois rendue sur place, elle enchaine les emplois, à commencer par celui de graphiste pour une start-up d’accessoires de mode pendant 6 mois.

“J’apprenais non seulement sur le graphisme, mais aussi sur le commerce et la communication, en occupant à la fois le poste de graphiste et celui de community manager.”

La photo comme une évidence

Pas le temps de se reposer sur ses lauriers, Céline enchaîne avec un autre job : elle travaille pour “Okra”, la marque de bijoux d’une amie Mauricienne.
“Travaillant dans une petite entreprise, je touchais à tout, je n’avais pas vraiment de rôle défini.”

Trouver du travail en Chine paraît simple, et ça l’est “ à condition de savoir ce que tu veux faire”.

L’expérience s’achève au bout de 9 mois. Aussi positive soit-elle, elle ne suffira pas à la convaincre de poursuivre dans cette voie. Car ce que Céline veut, c’est créer et donner du sens à ses créations. Elle dispose d’un avantage considérable : elle a la créativité dans le sang. Le déclic survient sur un shooting photo.

“J’ai aimé le monde de la production : choisir le lieu, les accessoires, la création… Pour moi, c’est le parfait équilibre.”

Céline est set styliste depuis l’an dernier. Son métier consiste à scénariser la séance photo en créant pour les photographes professionnels le décor dans lequel les objets et les modèles poseront.

“C’est beaucoup de travail en amont, mais une fois sur le shooting, on laisse place à la création et c’est là que je trouve mon équilibre.”

Projets ?

Si elle n’envisage pas un retour immédiat, Céline se projette tout de même… en Polynésie. Dans dix ans elle se voit à la tête de sa propre start-up de production autour de la culture. Un retour à la source avec dans ses bagages ses expériences professionnelles, son ouverture sur le marché la Chine, pour devenir, pourquoi pas, un pont marketing entre la Polynésie et la Chine.

“Je suis reconnaissante de tout ce parcours, je suis aussi consciente du travail à réaliser pour atteindre mes objectifs. Mais j’y suis préparée et compte bien revenir pour mettre en pratique tout ce savoir-faire!”

Céline a accepté de nous livrer une part de son parcours pour que, comme elle, d’autres femmes de Polynésie osent se lancer et surmonter les obstacles. À l’image de la Polynésienne 2.0, elle incarne la femme forte, déterminée, indépendante et battante.

 Jeanne Phanariotis

 Rédactrice Web

 © Photos : Alexis Lagarde, Karen Pang

Partagez Maintenant !