Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Mode & Beauté

Grace, histoire de ceinture avec Hinarii Fashion Tahiti

Publié le 30 octobre 2020

Inspirée par un souvenir d’enfance, Grace à tout misé sur la ceinture customisée. La créatrice en voit de toutes les couleurs et en redouble avec des créations uniques, alliant modernité, originalité et tradition. Elle ouvre les portes de son atelier à Femmes de Polynésie quelques jours après avoir remporté le Fenua de bronze au Salon Made in Fenua.

TEnir le cap !

Grace grandit avec son frère, sa sœur et son père à Tahiti.

Élever 3 enfants du jour au lendemain ça n’a pas été évident pour mon père mais on a tenu le coup malgré le fait que je sois rebelle de nature (rires).

La situation n’est pas facile, mais Grace avance coûte que coûte. Au lycée, elle aspire à une carrière dans l’architecture, mais se découvre une passion pour la création artisanale.

“J’ai vite compris que le travail manuel me plaisait, j’ai toujours eu besoin de créer avec mes mains.

Ayant interrompu ses études et accueillant sa fille au monde, la future créatrice travaille dans l’hôtellerie dans un premier temps, puis rejoint la marine en 2013, où elle acquiert des bases dont elle fait encore usage aujourd’hui.

“La marine m’a permis de mieux m’encadrer, d’être assidue, mais surtout, au niveau du travail, j’ai appris à ne plus me plaindre.

Elle sert comme maitre d’hôtel et gère la boutique du navire et avec des journées de 24 heures et des semaines parfois non-stop. Grace sort de l’armée 2 ans plus tard, aguerrie. L’assiduité acquise durant son service lui permet de vite rebondir avec un emploi de vendeuse chez Jordache. 

En avant toute !

Chez Jordache, Grace apprend l’armature de la vente de prêt à porter, côtoie le monde de la mode et commence à se nourrir d’idées, notamment grâce à son mari avec qui elle voyage beaucoup.

“Le fait de voyager m’a sortie de ma bulle. J’ai pu voir la France, la Suisse, Londres et la Nouvelle-Zélande. Ça a été une expérience très enrichissante et inspirante.”

La future créatrice amasse les idées et rêve de créer sa propre collection. Mais entre le travail et la vie de famille, le temps manque. C’est alors que la crise sanitaire frappe la Polynésie, avec un confinement de la population sans précédant. Le temps se libère…

“C’est pendant le confinement que finalement j’ai pu me poser pour vraiment commencer à dessiner et concrétiser mes idées.”

Émanant d’un souvenir d’enfance, les ceintures se font de plus en plus manifestes. Grace a trouvé le fil conducteur de sa création.

“Je me souviens que ma grand-mère portait une grosse ceinture au niveau de son ventre, elle était en tapa avec une nacre comme boucle. Ce souvenir m’est toujours resté, je m’en inspire.”

Elle puise également dans son expérience dans le prêt à porter, où elle constate que beaucoup d’articles ne sont adaptés ni à la morphologie, ni aux goûts locaux.

“Beaucoup de femmes n’y trouvaient pas leur compte : soit la taille, soit les motifs ou la couleur n’allaient pas. J’ai décidé d’en faire mon affaire. Avec moi elles trouveront ! Je fais des ceintures pour tout le monde.”

Objectif Salon made in fenua

“J’étais super heureuse, quand j’ai su que je pouvais participer au concours.”

La jeune créatrice prépare sa participation au salon Made in Fenua, termine sa collection et confectionne avec attention la ceinture pour le concours.

La ceinture médaillé de bronze

“J’ai vraiment voulu présenter le meilleur produit de ma collection, des finitions aux matières premières, j’ai tout fait avec attention.”

Au salon, les ceintures rencontrent un franc succès. Le stock se vide au point de devoir vendre les articles que Grace porte. Les résultats du concours tombent.

Remise de prix du Salon Made In Fenua

“Médaille de bronze ! J’étais sur la lune, c’est comme si tous mes efforts avaient finalement été récompensés. Je vois ce prix comme une reconnaissance du milieu professionnel. Ce que je confectionne a fait sa place ici est maintenant ! ”

La créatrice porte à cœur le ‘made in fenua’. Elle en fait son cheval de bataille, et comme elle aime le dire :

“Avant de consommer local, il faut produire local. Je suis là pour ça.”

Niuhiti Gerbier

 Rédacteur Web

 ©Photos : Niuhiti Gerbier pour Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !