Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • TSP au service de votre environnement

Société

Françoise Henry fait rimer agriculture bio et joie de vivre

Publié le 22 février 2020

Françoise Henry, vice présidente de SPG Biofetia et de l’association Bio Marama, est une agricultrice biologique qui aime les plaisirs simples de la vie que la nature lui offre. Femmes de Polynésie lui laisse la parole…  

Le bonheur est dans la nature

Avant de parler de Françoise l’agricultrice, pourrais-tu nous parler de la Femme que tu es et de ta famille ?

“Je suis mariée, maman et grand-mère. Je suis née à la maternité de Papeete d’une mère aimante et d’un père qui a eu un peu de mal à donner une éducation scolaire à ses enfants mais où l’art avait une grande place. Je suis la dernière, d’une fratrie de 7 enfants, 11 ans après eux. Je suis une femme qui a un goût très prononcé pour le bonheur et l’art de bien-vivre. J’aime ma grande famille, la musique et passer du temps avec mes amis. Je prends plaisirs dans mon jardin lors d’une belle journée ensoleillée et aussi dans le lagon où je peux naviguer en pirogue à voiles.”

Quel a été ton parcours scolaire et professionnel ?

“J’ai fait mon primaire à La Mission, au collège à Anne-Marie Javouhey, au lycée Paul Gauguin, puis je me suis fourvoyé 2 ans à essayer de rentrer en médecine à la faculté de Montpellier. Enfin, j’ai repris les études en ayant pour maître mot de me faire plaisir. Du coup j’ai terminé avec une licence littéraire. Entre temps, un tour du monde en voilier a sans doute forgé l’approche différente que j’ai eue vis-à-vis de la terre.”

LE BIO, EN HARMONIE AVEC SES VALEURS

Pourquoi l’agriculture biologique ?

“J’exploite, avec mon mari et notre fils, en agriculture biologique. Notre fonction répond peut-être inconsciemment à ce désir que j’avais de soigner les gens. Aujourd’hui, je leur fais du bien en produisant des aliments bio. C’est un métier qui a un but vital et sacré : se nourrir. On l’oublie trop souvent dans notre société actuelle qui consomme souvent des produits industriels importés.”

Quel est ton engagement environnemental avec ton exploitation?

“Je suis passionnément engagée dans l’écologie. C’est ce qui a guidé mon choix de travail dans l’agriculture bio dans l’exploitation. Cela m’a conduit à produire un aliment de 1er choix, de l’avis de nos clients, tant en valeur nutritive que gustative. Nos produits ont été soumis à des analyses qui ont démontré qu’ils étaient indemnes de pesticides.”

Vous êtes fournisseurs pour la Ruche qui dit Oui. Quel était ton objectif en te lançant dans cette aventure ?

“J’ai pensé à 2 choses : tout d’abord à faire plaisir à une jeune femme dynamique, Audrey Lachaud, qui portait ce projet que je trouvais ingénieux et innovant. Et puis je voulais avoir un contact directement avec les consommateurs.”

Vous êtes dans une démarche de réduction au maximum des intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs. Cette alternative aux systèmes de distribution traditionnels porte-t-elle ses fruits ?

“En Polynésie comme ailleurs, cette alternative permet aux consommateurs et aux producteurs de se rencontrer. Elle a fait des émules suite à quelques sites qui se sont montés, mais pour ma part, le contact avec les clients était une motivation essentielle afin de mieux répondre à leurs attentes et j’ai pu découvrir leur retour positif, ce qui est gratifiant.”

Le mot de la fin

Quel message souhaiterais-tu faire passer à nos lecteurs ?

“ Si vous voulez vous lancer dans cette aventure, croyez en vous et donnez du sens à vos choix de vie. Ce chemin peut sembler difficile mais il ne vaut mieux pas se poser la question et se dire qu’on est parti du principe qu’il n’y aura aucune embûche sur notre route.”

PLUS D'INFORMATIONS

Vainui MORENO

 Rédactrice Web

 ©Photos : Françoise Henry

Partagez Maintenant !