Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Angélique : Toujours croire en ses objectifs

Publié le 4 mars 2021

Réveil à 4h30 du matin, direction la salle de sport. C’est pratiquement deux heures de sport que requiert le quotidien d’Angélique Ellacott. Avec un train de vie pareil, rigueur et force d’esprit sont des alliés précieux. Mais détrompez-vous : Angélique c’est d’abord sa joie de vivre et son aisance sociale. Femmes de Polynésie s’invite l’instant d’un café, dans les coulisses d’ONATi avec Angélique, ce papillon social, ancré entre culturisme et télécoms.

Angélique et sa fille

Métamorphose

Aînée d’une famille de quatre enfants, Angélique grandit à Papeete. Dans sa jeunesse, elle est loin d’imaginer qu’elle va participer au développement de la téléphonie mobile en Polynésie française. Encore moins avec la plus grande marque de télécommunications du fenua : Vini.

«Je venais juste de terminer mon BTS-STT Action Communication Administrative, quand j’ai commencé chez TikiPhone, en 2001. J’aime le contact, et l’aspect social de la vente me plaît.»

Angélique et son équipe de la boutique Fare Tony – Vini Distribution

En 19 ans, Angélique a connu toutes les facettes de l’entreprise. Du centre d’appels à la boutique TikiPhone, elle a ensuite été détachée à la boutique VINI distribution du Fare Tony en tant que gérante pour être promue au service de contrôle des abonnements avec la création d’ONATi. La nouvelle société regroupe les activités télécoms de l’OPT et celles de Vini. ONATi devient avec ce groupement, le premier opérateur intégré en Polynésie française.

« Tout ce qui touche à un abonnement, que ce soient les téléphones fixes, l’Internet, les forfaits mobile, nous est envoyé par toutes les boutiques du groupe, puis nous nous assurons de leur bonne et due forme.»

 

Angélique connaît tous les aspects de son métier. Avec beaucoup d’expérience, elle évolue au rythme de son entreprise car elle n’aime pas rester statique.

«J’aime aller de l’avant, pourvoir me fixer des objectifs toujours plus hauts. Pourquoi pas apprendre quelque chose de nouveau ?»

Au-delà de l’aspect performance, Angélique est également impliquée dans la vie d’entreprise. Elle est membre actif du comité d’entreprise qui organise des sorties et des ateliers dans le but de créer des liens sociaux et d’harmoniser la vie d’entreprise.

« L’année dernière, on a mis en place l’”ONATi challenge”. On faisait des repas « healthy », on filmait leur préparation et tout cela était suivi par une diététicienne qui nous conseillait. On a aussi fait la visite d’exploitations agricoles à Papara avec le Fa’ati fa’a’apu1. Là on découvrait ce qu’on mettait dans nos assiettes, dans la terre.»

Challenge ONATi

Manger sainement est primordial quand il s’agit de santé mais Angélique n’en reste pas là. Elle aime l’activité physique car la clef de son parcours synonyme d’évolution se trouve dans la passion qu’elle voue au sport avec rigueur et force d’esprit.

De juge à compétiteur

En 2015, Angélique suit son mari dans les compétitions de culturisme. De fil en aiguille, elle devient  juge de compétition de Bodybuilding.

«Étant plongée dans le milieu, je me suis dit que c’était beau. Puis un soir, lors d’une compétition que je jugeais,  je me suis dit “pourquoi pas moi ?”. Je voulais me prouver que la mère de famille que j’étais avait sa place dans ce genre d’événements.»

Angélique demande à son mari de la coacher. C’est avec un sérieux que seuls les professionnels de la discipline connaissent qu’il lui répond : « Très bien ! Mais sache que tu vas souffrir. »

«Je l’ai regardé au fond des yeux, et je lui ai dit que j’y arriverai. Quelques semaines plus tard, j’ai regretté (rires).»

Angélique et son mari – Angélique à Miss Bikini

Angélique est une femme de challenges. Pour elle, rien n’est impossible. Elle essaye de toujours repousser ses limites. Après des mois de préparation, de travail et d’effort, elle atteint ses objectifs lors de la première compétion. Retour dans les salles de gym : un an plus tard, lors de sa  2ème participation, la mère de famille se place 3ème.

Miss Bikini 2018

« Pour la première, je voulais juste être au niveau. Je me suis bien placée. L’année suivante, je voulais faire encore mieux. En fait, je veux toujours donner le meilleur de moi-même tout en faisant mieux que la dernière fois. C’est pour moi l’essentiel de l’évolution, et cela passe par le mental et la rigueur. »

Constamment à la recherche de nouveaux challenges, la culturiste se donne un objectif qui laisse son entourage quelque peu stupéfait, mais qui révèle son côté téméraire. En vacances à Bora Bora, elle souhaite faire le tour de l’île à pied.

« Beaucoup de personnes m’ont mise en garde contre les dangers que je pouvais rencontrer, tels que les attaques de chiens errants. Je l’ai fait quand même, cela s’est très bien passé. Pour moi, ce n’était pas le fait de faire le tour de l’île qui était important, mais plutôt la démarche de surpasser ce que les gens jugent en général difficile ou impossible. »

Angélique en famille

Si vous demandez à la mère de famille, où elle se voit dans le futur, Angélique vous répondra : “Bora Bora “. Elle juge un rapprochement avec la nature essentiel. Toujours de bonne humeur, Angélique nous partage encore ses secrets.

«Il ne faut pas hésiter à être audacieux car la seule chose qui compte quand on a des objectifs ambitieux, c’est le fait d’y croire, de toujours pouvoir se relever malgré les préjugés. C’est nous qui avons le contrôle.»

1 Visite d’exploitations agricoles de BIO FETIA pour découvrir les outils et méthodes de production, découvrir des fruits et légumes, des recettes ainsi que des conseils et petits secrets à transposer sans attendre dans leur propre fa’a’apu.

Niuhiti Gerbier

 Rédacteur Web

 ©Photos : Angélique Ellacott / Niuhiti Gerbier pour Femmes de Polynésie

Pour plus d'informations

Sponsorisé par le Groupe OPT

Site internet

ZUCKOO.PF

Facebook

Partagez Maintenant !