Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Culture

Danie, une vie dévouée au Ori tahiti et au tourisme

Publié le 31 décembre 2020

A 46 ans, Danie Roometua est une femme épanouie. En plus de posséder son école de ori tahiti, elle occupe en parallèle un poste de responsable des excursions, ainsi que du spa, dans un hôtel de Moorea. Femmes de Polynésie retrace le parcours d’une dame passionnée et dévouée, tant pour la danse polynésienne que pour le tourisme.

 

Naissance d’une vocation

Danie Roometua grandit à Paopao, et baigne pendant toute son enfance dans le ori tahiti, auprès d’une famille passionnée de culture polynésienne. C’est tout naturellement qu’elle se lance à son tour dans la danse, dès l’âge de 12 ans, en participant aux prestations de la troupe Tiaia Nui dans différents hôtels de l’île sœur. C’est à partir de là que débute sa carrière de danseuse, mais que naît également sa vocation touristique.

“ Le fait de me produire dès mon jeune âge dans les hôtels, pour montrer la beauté de notre danse et de notre culture polynésienne, m’a donné très tôt ce goût du contact avec les touristes étrangers. C’est donc tout naturellement que j’ai choisi de faire carrière dans l’hôtellerie, d’autant plus que plusieurs membres de ma famille travaillaient également dans ce milieu. ”

Ce choix la motive à poursuivre des études d’hôtellerie au Lycée Technique de Taaone (actuel Lycée Diadème). De 1991 à 1999, elle va suivre son mari à Huahine et débute sa carrière professionnelle en exerçant le métier de vendeuse de perles dans une boutique d’hôtel.

De danseuse à propriétaire d’une école de ori tahiti

À son retour à Moorea, elle se remet à danser dans les hôtels de l’île avec la troupe Hirinaki de Tehara Huck. Cette dernière, qui a évolué par le passé auprès de grands noms du ori tahiti comme Makau Foster, Tumata Robinson et Manouche Lehartel, décide de lui confier de plus en plus de responsabilités, en lui transmettant toutes ses connaissances, comme les techniques des pas de danse, la pédagogie, ou encore les différentes étapes pour préparer les spectacles. Poussée par son mentor, Danie décide d’ouvrir son école de danse Hura i Moorea en 2019, afin d’enseigner à son tour le ori tahiti.

“ J’aime bien enseigner la danse parce que c’est un élément de notre culture qui connaît un engouement auprès de nos jeunes, mais aussi dans le monde entier. On devrait en être fier et tout faire pour la garder. Cela permet aussi à mes élèves d’apprendre le reo Tahiti  à travers les himene. ”

Composée d’une soixantaine de danseuses, son école se produit chaque année au Heiva des écoles à la Maison de la Culture, et chaque samedi à l’hôtel Sofitel Kia Ora Moorea Beach Resort.

De vendeuse à manager dans un hôtel

Parallèlement à sa passion, sa carrière dans l’hôtellerie connaît également une trajectoire ascendante depuis son retour de Huahine en 1996. À ce moment-là, Danie décèle un besoin dans la vente d’activités touristiques de l’île de Moorea, et décide de travailler à son compte dans ce domaine. Un choix qui la rend épanouie.

“ En plus de l’opportunité de promouvoir et de faire découvrir notre belle île aux touristes, j’aime ressentir cette adrénaline de pouvoir vendre ces activités et d’atteindre les objectifs commerciaux. La cerise sur le gâteau est de voir les touristes revenir pour te dire qu’ils ont été contents des activités proposées. ”

Après s’être fait remarquer par la direction de l’hôtel Moorea Pearl Resort & Spa (ancien nom de l’Hôtel Manava), elle se voit offrir un poste de vendeuse d’activités touristiques. Grâce à son sérieux et son professionnalisme, Danie est promue au poste de responsable du bureau d’excursions et du Spa en 2018 – un poste qu’elle occupe avec brio jusqu’à aujourd’hui. Sa fonction est notamment d’établir et de contrôler les tâches des employés de son service, afin d’atteindre les objectifs commerciaux fixés par sa direction.

Pour réussir dans sa mission, elle n’hésite pas à intégrer des valeurs comme la minutie, la rigueur et la valorisation des employés dans ses pratiques managériales.

“ J’essaye de valoriser chacun des employés de mon service et de leur faire confiance dans leurs tâches quotidiennes. Je demande à ce qu’ils soient rigoureux et minutieux, jusqu’à leur manière de se présenter devant les touristes. Intégrer une touche polynésienne dans l’accueil du service, comme le port d’une fleur à l’oreille, est aussi primordial. ”

Fière de son parcours, Danie Roometua ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Son rêve, dans le ori tahiti, serait à l’avenir d’envoyer sa propre troupe de danse au Heiva de Tahiti. Son prochain projet professionnel serait de proposer des activités culturelles aux touristes, comme l’apprentissage du tressage, de la danse polynésienne ou encore des instruments musicaux du fenua.

T.R.

 Rédacteur Web

 ©Photos : T.R. pour Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !