Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Portrait

Vainui, œil et plume pour Femmes et Hommes de Polynésie

Publié le 10 mars 2020

Vainui a 30 ans. Du haut de ses 186 centimètres, difficile de passer inaperçue ! Et pourtant elle en rêverait. Son nom vous est surement familier, pour avoir signé de nombreux articles ou photographies. Vainui MORENO a rejoint depuis trois mois l’équipe de Femmes de Polynésie et Hommes de Polynésie en tant que rédactrice et community manager. Nous vous ouvrons aujourd’hui les portes de nos coulisses, pour mettre en lumière une de nos ouvrières de l’ombre.

Tatau – Freddy Arona Teore

Une enfance dans la solitude et la différence

Vainui est née à Tahiti, où elle grandit dans une instabilité familiale, l’absence de figures parentales et la violence. Avec son frère, elle est élevée par des nounous jusqu’à l’âge de 8 ans, avant de devoir se débrouiller seule.

“Une enfance très confuse, je ne me souviens pas de grand-chose à part que j’étais très seule, car je me sentais toujours différente des autres.”

À 14 ans, Vanina Cipriani, la meilleure amie de ses parents, la prend sous son aile et l’accueille dans sa famille à Moorea comme sa 3ème fille. Elle y restera jusqu’à ses 18 ans.

“C’est elle, ma maman !”

Avec Vanina, sa maman de coeur

Artiste, naturellement

Elle passe son bac en comptabilité, “histoire de passer un bac”, mais ce qui fait vibrer Vainui, ce sont les arts. Dessin, photographie, peinture, sculpture, gravure (sur tous supports !), sans parler de la musique avec la guitare, la batterie et le chant… Son père, face à ce talent, l’envoie en France afin qu’elle puisse poursuivre des études à l’École Boulle à Paris1. Mais Vainui en décidera autrement. Son aventure métropolitaine se fera à Montpellier, chez sa grand-mère, et ne verra ni Paris, ni son École Boulle… 

“La Colère consume et n’illumine pas” – son dernier tableau

“J’étais en plein âge rebelle, j’avais envie de faire la fête, de découvrir de nouvelles choses, je n’en faisais qu’à ma tête et j’en veux à mon père de ne pas avoir été plus ferme à ce moment-là.”

Au bout d’un an, elle rentre en Polynésie retrouver celui qui deviendra le père de sa fille. Ils s’installent à Moorea, et rapidement le fruit de leur amour pointe le bout de son nez. Mais l’idylle est de courte durée, et Vainui doit subvenir seule à ses besoins et à ceux de sa fille, dont elle a la garde. Les petits jobs en tous genres se succèdent.

Hitinui, sa fille

La plume

En parallèle, depuis qu’elle a 17 ans, elle se défoule dans l’écriture. Elle troque son journal intime pour un support de sa génération : Facebook. Elle y livre avec humour et déchirure ses réflexions, ses états d’âme, ses émotions – une mise à nu authentique et touchante devant quelques centaines de ses « amis ». Son style naturel plaît, parle et fait parler d’elle. Ses récits arrivent jusqu’aux yeux du patron d’un groupe de presse, qui lui offre sa chance au sein de la rédaction d’un de ses magazines. Sa carrière de rédactrice est lancée.

Casting Pour Tous 19 – Caroline

Bien qu’elle s’épanouit professionnellement dans cet univers, Vainui se voit au bout d’un an contrainte de sortir de cette routine.

“Les trajets quotidiens depuis la Presqu’île, où je vivais avec ma fille, ajoutés à un rythme de travail soutenu faisaient que je ne lui consacrais plus suffisamment de temps et d’attention. Fatigue, déprime et du coup burn-out.”

Casting Pour Tous 19 – Petit Chat

Un autre regard sur l’autre

Vainui prend alors une patente, multiplie les expériences et développe son réseau. La photo, qu’elle pratique en amateur, n’entre dans sa vie professionnelle qu’en 2017 et par pur hasard. Christopher Prenat, un de ses amis proches qui pose souvent pour son objectif, partage les photos sur les réseaux sociaux. Sa notoriété de figure publique apportera une visibilité au travail de Vainui, qui se voit sollicitée pour des shootings et se fait petit à petit un nom.

“Ma muse” – Christopher Prenat

Il y a 3 ans, elle lance Casting Pour Tous, un shoot photo gratuit ouvert à tout le monde, dont le but est de (re)donner confiance à des personnes qui ont envie d’être modèle d’un jour, mais qui ont du mal à s’accepter physiquement.

“J’aime mettre en valeur ce que la société tente de faire passer pour “moche”, comme les rides, les vergetures, la cellulite, les cernes, les cicatrices, …”

Casting Pour Tous 19 – Anaïs

Ce regard, mélange de sensibilité et d’empathie, c’est au service de Femmes de Polynésie et Hommes de Polynésie qu’elle l’emploie aujourd’hui, pour continuer à mettre en lumière la beauté de ceux qui, comme elle, œuvrent dans l’ombre.

Avec le bluesman Manu Lanvin lors de son passage à Tahiti en 2018

1 une des plus grandes écoles d’art et de design en Europe

   Lubomira Ratzova

   Rédactrice Web

   ©Photos : Vainui Moreno

Partagez Maintenant !