Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

INA HINA: chapitre 13 – 2ème partie

Publié le 9 décembre 2020

Dans la rubrique “Plume du fenua”, Femmes de Polynésie vous invite aujourd’hui à découvrir un nouveau chapitre des aventures de Ina Hina, cette jeune Polynésienne à la découverte de son identité.

Le vieux téléphone jauni de la maison se mit subitement à sonner. Le son strident d’un autre temps nous fit tous sursauter. Une de mes tantes courut pour décrocher le combiné. Un moment passa avant qu’elle ne me fasse signe de la main de m’approcher. L’appel était donc pour moi.

Allô ? commençai-je.

Allô… Hina ? C’est Tevahine à l’appareil.

Jolie Tevahine, plaisantai-je, que puis-je pour t’être agréable ?

Mia ma sœur, je vais passer d’ici dix, quinze minutes… J’ai fait des bonbons coco. Je viens juste de finir de les rouler.

Mmmm Tevahine, c’est un peu délicat à dire, mais ce serait mieux si tu pouvais passer plus tard…

Ah… le truc, c’est que je ne sais pas quand j’aurais le temps de repasser. J’avais aussi promis des bonbons à ton grand-père et à Tihoti… Tu sais bien comment il est celui-là, toujours à vouloir manger sucré.

– Tevahine…

– T’inquiète Hina, je klaxonne et tu auras juste à récupérer au portail !

Tiapo m’arracha le téléphone des mains et s’adressa à Tevahine.

Mia Tevahine, quand tu viens… arrête-toi au marché et prends du jus canne à sucre aussi. Je vais rembourser à toi quand tu es là.

Je pus entendre Tevahine rire à gorge déployée et répondre :

À vos ordres cheffe !

Tiapo raccrocha et se tourna vers moi.

– Il faut aussi Tevahine ici.

Je levai un sourcil interrogateur dans sa direction. Elle me répondit simplement en faisant mine de secouer sa main droite dans les airs, me signifiant de cette façon « Ne pose pas de questions, laisse tomber. »

Tiapo fit mine de retourner dans la cuisine et je pris le chemin de la terrasse, où tout le monde se trouvait à présent.

Djaaaa quand je vous dis on dirait on est chinois ! ‘Te choa ia hape1 ! Hein tatie? Tu trouves pas c’est plus piri2 mes yeux maintenant !

Tihoti avait toujours les yeux remplis de larmes, mais un sourire ne quittait plus ses lèvres désormais. Mes deux cousins restaient autour de leur père et je ne pus m’empêcher de rire en entendant Andy parler.

Angelo le coupa et dit fièrement :

– Maintenant, quand on va me demander… Je pourrai dire, je suis demi-Tahitien, demi-Chinois.

Tiakoung rit en lui demandant :

– Et pourquoi tu es pas un demi-Chinois, demi-Tahitien ?

– Ah ben oui alors, surtout que tu manges ton punu pua toro avec du riz ! rajoutai-je.

Le visage d’Angelo prit tout de suite une expression plus sérieuse. Il pencha légèrement sa tête vers la gauche et se gratta la tête.

Ben c’est que…c’est qu’aujourd’hui je sais que je suis vraiment Chinois quoi. Avant, dans ma tête, je sais pas trop ce que je suis… ou… je suis au moins sûr d’être Tahitien quoi.

C’est comme toi Hina, quand on te demande qu’est-ce que t’es…tu réponds quoi? demanda Andy.

Je répondis instantanément :

Demi-Chinoise, Demi-Française… Oh waouh !

Ma propre réponse, quasi automatique, m’avait fait la sensation d’une gifle en pleine figure.

Andy ricana :

Yeah la cousine, même pas demi-Tahitienne ?

– Ben c’est ça ! Je viens juste de m’en rendre compte ! lui répondis-je, choquée.

Il passa son bras autour de mon cou et enfonça son doigt dans mes côtes à chacun des mots qu’il prononçait, me faisant gigoter dans tous les sens :

– N’a. Pas. À. Toi. Demi. Tahitienne ?

– Maintenant qu’on en parle, j’ai toujours cru que, comme je suis née à Tahiti… que j’ai grandi à Tahiti…que c’était évident !

– Hina… avec tes mata mīmī3  et ta peau blanche ?

– Sans parler de ton prénom ‘Ina, quand t’es chez les Farani, ajouta Angelo, personne ne croirait que t’as du sang tahitien.

Je levai les mains en l’air en signe de défaite.

Ok les couz… on va s’arrêter là…surtout que moi, le punu pua toro, c’est avec du uru que je le préfère !

Un coup de klaxon vint interrompre notre débat. Tevahine venait d’arriver.

1 ‘Te choa ia hape : je ne me suis pas trompé.

2 Piri : ici avoir les yeux tirés.

3 Mata mimi : yeux de chat.

PLUS D'INFORMATIONS

   Maima Chahaut

   Rédactrice web

   ©Photos : Freepik, Femmes de Polynésie

Partagez Maintenant !