Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Non classé

Végan, plus qu’une manière de se nourrir : un mode de vie

Publié le 28 août 2017

Depuis plusieurs années, nous entendons parler de ce terme qui fait le tour du monde et séduit de plus en plus de personnes : le véganisme. Manger sain, équilibré, avec des produits locaux… C’est tout naturellement que ce mode de vie a été adopté par une petite partie de la population de Polynésie, qui regorge de délicieux fruits et légumes sucrés et goûteux. Il faut savoir que le mode de vie végan va au-delà de l’alimentation. Femmes de Polynésie vous propose une immersion dans le monde du véganisme pour mieux comprendre le pourquoi et le comment de cette nouvelle façon de vivre choisie par un nombre de plus en plus important de personnes dans notre société. 

La vie végane, qu’est-ce que c’est ?

Différence entre une alimentation végane et une alimentation végétarienne

Le végétarien élimine de son alimentation toutes les viandes, comme le bœuf, la volaille et le poisson. Le végan va au-delà puisqu’il supprime tous les produits issus de l’exploitation des êtres vivants. Il s’agit bien sûr de la viande et du poisson, mais aussi des œufs, du lait, du beurre, du miel, des produits cosmétiques testés sur animaux, de la laine, du cuir… Un véritable mode de vie basé sur une vie respectueuse de tous.

Le respect de la vie des êtres vivants

Avoir une alimentation et une façon de vivre végane, c’est considérer la vie des animaux comme étant égale à celle de l’Homme. C’est respecter ces animaux, reconnaître qu’ils sont dotés de sentiments, d’émotions, de sensibilité et qu’ils ressentent la douleur. La vie végane, c’est penser à la provenance des produits consommés, en se demandant si les systèmes de production utilisés sont respectueux de l’environnement, des êtres humains et des animaux. C’est aussi ne plus contribuer à l’«utilisation » des animaux dans la production de produits alimentaires, vestimentaires, pharmaceutiques, de beauté…

Prendre soin de soi et de son corps

Adopter un mode de vie végan, c’est avant tout prendre soin de soi et de son corps, vivre en phase avec ses valeurs et s’accepter tel que l’on est. Après avoir expérimenté ce type d’alimentation et de pensée, de nombreuses personnes observent des changements physiques et psychologiques : légèreté, bien-être, sérénité, dynamisme, diminution de la fatigue, tonicité…
Physiquement, le système digestif de l’Homme est « plus proche de celui du Grand singe anthropoïde (frugivore, herbivore et insectivore) que de celui du tigre (carnivore). » d’après Ellen Fremont, naturopathe et corédactrice du livre « Les blogueuses cuisinent Vegan »1.
Notre corps pourrait donc se passer de nourriture animale, à condition de faire attention aux carences et en respectant ses propres besoins.
Psychologiquement, réaliser chacun de nos gestes dans le respect de la vie de tous entraîne naturellement un mental serein grâce à des pensées positives bonnes pour le corps et l’esprit.

#gallery-1 {
margin: auto;
}
#gallery-1 .gallery-item {
float: left;
margin-top: 10px;
text-align: center;
width: 50%;
}
#gallery-1 img {
border: 2px solid #cfcfcf;
}
#gallery-1 .gallery-caption {
margin-left: 0;
}
/* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */

 

Conseils pour ceux qui voudraient adopter un mode de vie végan

La nourriture, ou plutôt la manière dont nous sélectionnons notre alimentation, va bien plus loin que le simple fait de choisir entre un steak ou un fruit. À travers chacun de nos choix, nous retranscrivons notre culture, nos habitudes et les émotions que nous associons à la nourriture.
Le passage au véganisme commence par une expérience et/ou une prise de conscience en rapport avec la préoccupation principale des végans : le bien-être des êtres vivants. Le changement d’alimentation et de mode de vie est souvent précédé d’une période de réflexion, puis ce choix devient une évidence. Plus qu’un changement d’alimentation, il s’agit surtout d’un changement d’habitudes, à effectuer selon ses propres envies et limites.
La Polynésie nous offre une terre fertile, riche en fruits et légumes, qu’il est facile de faire pousser chez soi, de trouver au marché de Papeete, en bord de route, au marché du terroir ou encore au marché bio de Taunoa. Tahiti et ses îles apportent à ses habitants tout ce dont ils ont besoin !

Au-delà des fruits et des légumes, il est aussi essentiel d’adapter les apports en protéines selon les besoins de chacun : type de vie, activité physique, morphologie…
Où retrouver des protéines végétales ? Dans le soja (tofu, lait de soja…), les lentilles, le maïs, les noix, les amandes (autera’a), le coco…
Favorisez également les apports en fer, en vitamine C et en oméga 3 et 6 : huile de coco, oranges et pamplemousses seront vos alliés vitalité !
Beaucoup de personnes à l’alimentation végétarienne ou végane se préoccupent de la vitamine B12, présente exclusivement dans les produits d’origine animale, car notre organisme ne la produit pas par lui-même et une forte carence peut entraîner des troubles physiques et nerveux. Chaque personne est unique : certaines ressentiront le besoin d’un apport en vitamine B12 à travers des compléments alimentaires trouvés en pharmacie ou en magasin bio, d’autres préfèreront s’en passer.
Quel que soit le mode de vie choisi, l’important reste le plaisir, qu’il est facile de retrouver dans la cuisine végane, où les associations de saveurs font des merveilles ! Pour vous le prouver, testez notre recette…

#gallery-2 {
margin: auto;
}
#gallery-2 .gallery-item {
float: left;
margin-top: 10px;
text-align: center;
width: 50%;
}
#gallery-2 img {
border: 2px solid #cfcfcf;
}
#gallery-2 .gallery-caption {
margin-left: 0;
}
/* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */

 

Les beignets de uru : recette végane savoureuse

INGRÉDIENTS pour 2 pers.

Pour les beignets :

  • 1/2 petit uru1 bien mûr
  • 1 gousse d’ail
  • ¼ d’oignon
  • ¼ de carotte
  • 3 feuilles de pota2
  • 2 cuillères à soupe de lait de coco
  • Cacahuètes​ mixées ou graines au choix (graines de sésame par exemple)
  • Huile

Pour la sauce tomate :

  • 2 tomates fraîches
  • Herbes de votre choix (herbes de Provence, origan, thym…)
  • 1 gousse d’ail
  • 1 cuillère à café d’oignon haché
  • Un filet d’huile d’olive

Pour l’accompagnement :

  • Salade
  • Carottes
  • Concombres
  • Tomates

Pour la vinaigrette :

  • 20 cl lait de coco
  • 1 cuillère à soupe de moutarde

PRÉPARATION

  1. Écraser le uru dans un plat.
  2. Hacher les légumes dans un mixeur et les incorporer au uru écrasé.
  3. Ajouter le lait de coco.
  4. Faire des boules de cette préparation et les rouler dans les cacahuètes mixées en petits morceaux ou les graines de votre choix.
  5. Les faire frire dans de l’huile ou au four sur une plaque de cuisson, arrosés d’un filet d’huile d’olive.
  6. Pendant ce temps, préparer la vinaigrette en mélangeant le lait de coco et la moutarde.
  7. Pour la sauce tomate, hacher les tomates fraîches et les faire réduire à feu doux avec des herbes, de l’ail, de l’oignon et un filet d’huile d’olive.
  8. Servir les beignets bien chauds.
  9. Accompagner ces délicieux beignets de uru avec la sauce tomate et une salade de votre choix : feuilles de salade, tomates, carottes, concombres…

Tama’a maitai !

1 Source : L’atelier Green
2 Mot tahitien pour fruit de l’arbre à pain
3 Mot tahitien pour choux chinois

Plus d’informations : Tahiti Vegan

Tevaiarii Frebault
87 30 61 63 tfrebault@tahitivegan.com
Page Facebook Tahiti Vegan

Camille Lagy
Rédactrice web

Partagez Maintenant !